« Des Kim Kardashian Braids ? ». Pas du tout. Les tresses transportent une histoire millénaire qui va bien au delà de la simple tendance. C’est cette idée qu’essaie de cristalliser l’artiste et coiffeuse américaine Shani Crowe dans son exposition Braids.

Si la mode contribue à populariser certains héritages, il est des appropriations qui enlèvent aux traditions de leur profondeur. C’est notamment le cas des tresses. Reprise par Kim Kardashian, cette coiffe a perdu son attache initiale. Une réalité que critique Shani Crowe : « je n’aime pas que certaines personnes s’approprient une culture qui ne leur appartient pas, sans permission ou sans en avoir la bénédiction. » confiait-elle au magazine Fusion. Et c’est justement contre cette appropriation creuse qu’elle lutte.

« Above all » de Shani Crowe Source Fusion

Dans son exposition Braids inaugurée le 8 avril dernier à Chicago, l’artiste américaine essaie de redonner aux tresses leurs lettres de noblesse. Au travers de 10 portraits photographiques, elle nous transporte aux origines même des tresses africaines. Chignons coiffés de cauris, tresses tissées au fil et rastas y sont déclinés avec brio, le tout pour une immersion totale dans nos traditions africaines.

"Suntrust" Source Fusion
« Suntrust » de Shani Crowe Source Fusion

Loin d’être un pari esthétique, ses portraits reflètent avant tout sa vision du monde. Pour elle, les tresses sont un art et celles qui les arborent des « divinités ». « J’essaie de réveiller la divinité qui sommeille en chacune d’entre nous » explique-t-elle. Sa vision s’exprime également dans les détails. « J’utilise des cauris, c’est une monnaie moins creuse que les billets que tout le monde adule ».

Avec cette exposition, les paris esthétique et artistique sont remportés haut la main et les tresses renouent avec la tradition. Mais pour combien de temps? La seule survie de nos traditions dépend de l’usage que nous en faisons.

“Shakere” de Shani Crowe Source Fusion
“Shakere” de Shani Crowe Source Fusion

Retrouvez Shani Crowe sur Instagram.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE