Enfin une école pour les cheveux crépus

0
879
Crédit photo Centric TV

L’Ecole de Paris permet aux professionnels de la coiffure de se former au cheveux bouclés, frisés et crépus. Une grande première en France.

Une absence de formation en France sur les cheveux crépus

Vous avez sûrement déjà entendu cette phrase en entrant dans un salon de coiffure « Ah…je ne peux pas vous prendre, désolé, je ne sais pas comment faire avec vos cheveux ». La principale cause de cette méconnaissance du cheveu afro est le manque de diversité dans la formation en école de coiffure en terme de type de cheveux étudié. Elle se fait en grande majorité sur des cheveux caucasiens, contrairement aux écoles britanniques et nord-américaines.

Déroulé de la formation

L’Ecole propose aux coiffeurs en activité une formation intensive de 20 jours durant laquelle les apprentis découvriront les fondamentaux du cheveux afro, l’établissement d’un diagnostic capillaire, les différents soins et gestes adaptés aux cheveux naturels. La formation leur permettra également de se perfectionner sur les techniques de coloration, la pose d’extension et de tissage et les coupes sur cheveux naturels.

Démystifier le cheveux afro

Pour délivrer une formation la plus complète possible, Bertrand Bouvard, le fondateur de l’école, a sélectionné trois coiffeurs expérimentés et reconnus par leurs pairs : Christelle Clairicia, coiffeuse studio et responsable du salon Niwel des Galeries Falayette, Taj, lauréat de la 17e édition des Black Beauty Sensational Hair Awards et Alexis Rosso, coiffeur studio, ambassadeur de la marque Mizani et spécialiste des cheveux ondulés, frisés et crépus.

L’objectif affiché est de redonner aux cheveux crépus, frisés et ondulés leur lettre de noblesse et de déconstruire les idées reçues tenaces sur ces types de cheveu. Comme le souligne Taj, « Il n y a pas de cheveux difficiles, il n y a que des techniques à apprendre ou à découvrir ! »

Pour en savoir sur les dates de formation ou devenir modèle cheveu, rendez-vous sur le site officiel de l’école.

Par Ornella Knoblauch

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE